Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Association "Vers nous-mêmes"

Enfants : Cannabis ou Zamal, ça fait du mal ...

Cet été à Nice, dans le sud de la France, 5 bébés de moins de 2 ans ont dû être hospitalisés après avoir accidentellement ingéré du cannabis. Petite précision, le zamal est le nom donné au Cannabis Sativa L. que l'on peut trouver sur l'île de la Réunion, il est donc tout autant dangereux ... Parmi les enfants, quatre d'entre eux auraient trouvé le produits illicites dans des parcs publics.

En bas âge, les enfants sont très curieux et ils adorent découvrir tout un tas de choses en les mettant à la bouche ! Une boulette de cannabis, des cachets de drogue ou des médicaments en pilule… Quand un enfant trouve ce genre de produits à portée de main, sur la table du salon, il ne réfléchit pas et le porte souvent à sa bouche.

C’est pourquoi les parents doivent être vigilants partout et surveiller leur marmaille. A Nice, cinq bébés âgés de un an à 18 mois se sont retrouvés en moins de trois semaines au service des urgences des hôpitaux pédiatriques de Lenval après avoir avalé du cannabis par accident. 

Le docteur Hervé Haas, chef de service à l’hôpital pédiatrique de Nice a été confronté à cinq cas d’intoxication des nourrissons au cannabis, confirmée par un prélèvement de sang et d’urine chez les petits. Le spécialiste indique que les enfants présentaient « une démarche ébrieuse, des troubles de l’équilibre et de somnolence excessive » à leur arrivée aux urgences. Parmi les cinq enfants, l’un d’entre eux a dû être placé en réanimation après avoir été dans le coma. « Les cas d'intoxication au cannabis sont malheureusement assez réguliers mais là, ce qui est remarquable, c'est d'en avoir cinq en moins de trois semaines, au lieu de cinq ou six par an », s’étonne le docteur Haas.

Même si tous les enfants sont rentrés chez eux, ils devront être suivis médicalement sur le long terme afin de surveiller l’apparition d’éventuelles troubles cognitifs et cérébraux.

Les parents doivent reconnaître leurs torts *

 

Le problème c’est que le médecin qui ausculte l’enfant ne va pas penser en premier lieu à une intoxication aux stupéfiants. Surtout lorsque les parents ne reconnaissent pas leurs torts.

 

La plupart du temps, ces derniers expliquent qu’ils n’ont aucune idée de ce qui a bien pu se passer. Pourtant, il est primordial de reconnaître son erreur afin que l’enfant puisse être pris en charge le plus rapidement et le plus efficacement possible.

 

En voyant le jeune patient perdre l’équilibre, il y a de forte chance pour que le médecin suspecte un problème neurologique. Il lui fera alors passer une multitude de tests coûteux (scanner, etc.) avant de mettre la main sur les causes de son état.

 

Une sonnette d’alarme pour les parents

Avec ces cas d’intoxication, le docteur Haas souhaite passer un message d’alerte : « Il est important de prévenir les parents, même s'ils sont eux-mêmes consommateurs, que laisser traîner des boulettes de cannabis peut avoir des conséquences importantes, allant jusqu'à l'hospitalisation ». Selon le médecin, l’ingestion de cannabis chez un bébé peut laisser de graves séquelles, d’autant plus qu’il n’existe aucun « traitement ».

Le cannabis n’est pas le seul risque d’intoxication chez un nourrisson. L’ensemble des produits ménagers, des plantes, les médicaments ou encore les petits objets peuvent aussi représenter des dangers pour les jeunes enfants et être responsable d’étouffement. Les parents doivent donc être attentifs pour éviter tous risques d’accident de ce type.

*A lire également l'intégralité de l'article AVIS D'UN TOXICOLOGUE

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article